Le road-book d'Henry

Takamatsu

...journee d enfer hier, j ai du monter l equivalent de deux ou trois tours Eiffel par un sentier-escalier pour atteindre deux temples haut perches, et j ai trempe de sueur tous les vetements. de plus de nombreux ecriteaux indiquaient la presence de serpents. j en ai vu un a moitie mort, mais un autre que j ai du pousser gentiment du bout de mon precieux baton (tres beau, offert par Seiji). la rencontre de nombreux pelerins amicaux ont vite fait oublie les miseres de la montee. retour par un mignon petit village ou j ai pu voir vivre les gens a la tombee de la nuit. le train JR m a ramene a Takamatsu ou "j habite" un hotel pas trop cher, breakfast inclus.

j ai enfin compris pourquoi ils (les Japonais) s excusent si souvent, exemple: l hotel me refuse une premiere fois la carte de credit, echoue a la deuxieme fois, me rappelle dans la chambre, appelle leur banque pour un discours de 20 minutes, la banque apparemment suggere de me faire payer cash. pas menacant, mais serieusement, le personnel me met en garde. je leur propose alors vigoureusement de faire la manipe a leur place, je prends la becane, et d un coup leur compte est valide..."nous nous excusons de cet incident, et pour nous reconcilier, nous vous faisons 367 courbettes (ils ne savent pas rougir). pardonnez moi ce bout d ironie amis nippons, il est patent que vous ayez, vous si modernes, des problemes avec les cartes, mais je vous aime beaucoup.

meme ccomportement d excuses a l hotel pour une chasse d eau defectueuse (alors que j etais moi-meme "defequetueux" depuis 6 jours, a cause du riz sans doute.

Aie haie ce matin, j ai les pieds meurtris des 26 kms très humides d hier, des echauffements partout, le dos brise.

pour me reposer un peu, je reprends le train de banlieue et visite encore deux autres temples. il m en reste donc plus que neuf pour faire les 88, mais certains sont encore bien haut perches.

n en pouvant plus je m approche d un hopital pensant que je serai confronte a des urgences comme chez nous( beurk) et bien non. l hotesse d accueil m accompagne chez le medecin qui appelle 3 (trois) jolies jeunes infirmieres tout de rose vetues, lesquelles, souriantes se preoccupent de caliner mes petits pieds blesses. puis repondent a mes grimaces simulees par un fou rire. enfin on refuse mon argent, me raccompagne, avec, sur le seuil...179 courbettes. au prochain hopital, comptez sur moi pour simuler une aggravation, hi hi hi...

je voulais encore vous dire, vous narrer bien des choses, mais le credit ordi va m interrompre, je vous dis konbanwa, bonsoir.

Henry henro

 


Publié à 17:10, le 7/10/2016, Japon
Mots clefs :


{ Page précédente } { Page 36 sur 112 } { Page suivante }

Qui suis-je ?

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Archives
Amis
Album photos

Mes albums

Où suis-je actuellement ?



Rubriques


Derniers articles

Shikoku-sur-Loire
Kechigan et sendatsu
au temple, 17/08/2009 un ex-voto touchant
festival Chosa à Kanonji
copains henro d'abord!

Sites favoris


Amis